Le croquis Hammond
Rendez-vous le 9/10

Prologue

Je m’appelle Petit Lot. J’ai huit ans et je suis aventurier. Il y a longtemps, j’avais alors sept ans et demi, mon grand frère me laissait jouer, avec lui et ses copains, dans leur jeu de rôles.

Dans un jeu de rôles, on devient les héros d’un monde fantastique. On explore des donjons dangereux et souvent en ruine. On rencontre des monstres vicieux qui gardent le trésor ; on leur tape dessus jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent et on leur pique le trésor. Les héros sont gentils et les monstres sont méchants. C’est pour ça qu’il faut leur taper dessus jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent.

Ce jour-là, c’était la première fois que je jouais. J’étais magicien. C’est le magicien qui porte le chapeau pointu et qui lance des sorts dans tous les sens. Mon grand frère, lui, voulait que je sois guerrier. « Parce que c’est plus facile pour un débutant », m’a-t-il dit.

Mais moi, je voulais vraiment être magicien. « Parce que j’aime bien porter le chapeau pointu et lancer des sorts dans tous les sens. »

Il n’a pas été convaincu tout de suite. J’ai dû lui expliquer que j’étudierais le livre de la magie jour et nuit, que j’apprendrais tous les sorts par cœur et que je m’entraînerais à tous les tours mystérieux jusqu’à en tomber d’épuisement. Bref, que je serais le meilleur magicien qui ait jamais porté le chapeau pointu.

« D’accord, m’a-t-il dit, mais tu ne râles pas quand tu t’ennuies parce que tu n’as plus de sorts. »

Je ne voyais pas comment je pourrais m’ennuyer en étant magicien. Si je n’avais pas envie de lancer un sort, je pourrais toujours discuter avec mon familier. Tous les magiciens ont un familier avec qui ils peuvent parler. Moi, j’avais un grand corbeau. Je l’ai nommé « Croâ », d’après le cri qu’il pousse de temps en temps.

Mon grand frère, c’est le maître de jeu. C’est lui qui installe tous les monstres et tous les trésors dans le donjon. C’est lui aussi qui jette les dés pour voir ce qui se passe ensuite. Comme ça, on n’a aucune idée de ce qui va nous arriver pendant l’aventure.

« Vous êtes dans une taverne… », a dit mon grand frère.

Il faut dire que toutes les aventures commencent dans une taverne. C’est là qu’on trouve le « hook » pour l’aventure. On discute avec les paysans et on boit de la bière comme des grands.

Le « hook », c’est la raison pour laquelle on décide d’aller dans le donjon, même si c’est dangereux et souvent en ruine. Parfois, c’est un paysan qui nous donne le hook. C’est pour ça qu’on discute avec eux et qu’on boit de la bière. Vraiment, boire de la bière, ce n’est pas obligatoire, mais on aime bien faire les choses comme des grands.

C’était là, dans la taverne, que j’ai rencontré Aumeraud et Devrac, mes compagnons d’aventure. Aumeraud, il est coureur de bois. C’est le coureur de bois qui suit les traces des bêtes dans la forêt et qui peut survivre pendant des jours et des jours en ne mangeant que de l’herbe et des glands. Devrac, lui, il est barbare. C’est le barbare qui s’habille en pagne et se bat avec une énorme hache.

« C’est quoi le nom de la taverne ? ai-je dit.

— Peu importe, a dit mon grand frère.

— Mais si ! Je dois savoir le nom de la taverne pour m’en servir dans la formule du sort que je vais lancer.

— Pourquoi veux-tu lancer un sort maintenant, Petit Lot ?

— S’il n’est pas beau, je vais lancer un sort qui change le nom de la taverne ! »

Mon grand frère a soupiré. Il m’a expliqué que le nom de la taverne n’avait rien à voir avec l’aventure et qu’il ne fallait pas perdre de temps à en discuter. Mais ensuite, il m’a laissé choisir le nom de la taverne.

« Voilà, a-t-il dit. Vous êtes au Grand Cor de la licorne… »

 

Dès octobre, on lira la suite de l’histoire. Entre-temps, découvre le premier dessin de l’illustration de la couverture : Le croquis Hammond.

 


Il s’appelle Stephen Wendell et il est aventurier. Depuis plus de 30 ans, Stephen crée des personnages, des scénarios et des mondes fantastiques dans ses jeux de rôles…[Plus]